Daniil Medvedev: bouffée d'air frais... et bien plus encore?

Imprimer

daniilmedvedev.jpg

Il incarne la bonne bouffée d’air frais du circuit ATP actuel, le jeune joueur sans conteste le plus plaisant du moment. Daniil Medvedev s’est hissé hier soir en finale du tournoi de Cincinnati, sa troisième finale de rang, en battant Novak Djokovic, et il y a tout lieu de se réjouir de la montée en puissance du Russe de 23 ans. Garçon au jeu séduisant, l’actuel No 8 ATP conjugue qui plus est humilité et panache, ce qui ne fait surtout pas tache par les temps qui courent.

Bien qu’il faille se garder de toute conclusion hâtive, il peut être une sorte de première réponse au «Big Three» et la véritable locomotive de cette «Next Gen» qui se gêne un peu trop devant l’idée de venir bousculer l’ordre établi. Il vaut mieux que Nick Kyrgios et ses crises de nerf un peu pathétiques. Mieux, aussi, qu’Alexander Zverev, le «successeur», qui voit les double-fautes et les semaines de «burn-out» se succéder plutôt que son tennis suivre les pas des plus grands. Un potentiel est en train de se gâcher dans les cordes de l’Allemand. Un autre se révèle à la face du monde à travers le bras droit de Medvedev. C’est beau, car «ça» joue au tennis, au vrai tennis, avec un sacré esprit d’initiative.

La manière avec laquelle le garçon a retourné sa demi-finale contre l’ogre serbe est assez déroutante. Elle prouve que l’intéressé ne craint pas grand-chose, sinon d’échouer mieux, d’échouer encore, mais sans aucun doute pour un jour parvenir à ses fins. Sa tournée nord-américaine, avec déjà deux finales (perdues, certes) à Washington et Montréal, puis celle qui vient se dimanche soir à Cincinnati, où il a bonne chance d’empocher la mise face à David Goffin, est un modèle du genre. Infatigable, il ne court pas le cacheton, mais la victoire. Avec la manière. Comment rester insensible face à ce que propose le Moscovite? On vous retourne volontiers la question.

Alors que se pointe l’US Open, Daniil Medvedev se mue forcément en troisième larron à suivre sur le ciment new-yorkais. Bien entendu, on le cite loin derrière Novak Djokovic et Rafael Nadal, deux ogres qui semblent destinés à se retrouver en finale, mais il a actuellement davantage d’arguments que tous les autres joueurs du circuit. Avec la confiance dans le dos, qui sait ce qu’il peut encore nous proposer…

Subsiste toutefois une inconnue: quid de son physique lors de la quinzaine à venir? Telle est l’incertitude qui l’entoure. On ne peut en effet s’empêcher que le Russe est peut-être venu trop fort trop tôt dans ce mois d’août caniculaire. Il nous rappelle quelques-uns de ces joueurs qui ont promené un songe en été avant de voir leurs rêves être balayés à Flushing Meadows. L’histoire récente nous montre bien que, vedettes exceptées, les joueurs ayant flambé sur les tournois pré-US Open ont souvent déraillé le moment venu.

En 2017, Grigor Dimitrov s’impose à Cincinnati et Zverev à Montréal? Droit derrière, tous deux s’encoublent dès le 2e tour à New York. En 2014, Jo-Wilfried Tsonga sort un tournoi dingue au Canada? Il part en vrille en 8es de finale de l’US Open ensuite, tout comme Raonic, lequel s’était imposé à Washington quelques semaines auparavant. D’autres sont à citer (Dolgopolov 2012, Stepanek 2011, Nalbandian 2010…) et on passe tous ceux des années 1990.  

Deux contre-exemples sont en revanche à mettre en évidence: Gaël Monfils qui, en 2016, gobe Washington et s’inviter dans le dernier carré à Flushing. Ou, mieux encore, Marin Cilic, qui ne fait rien de bien à l’été 2014, mais s’en va remporter la quatrième levée du Grand Chelem.

Pour avoir déjà réussi trois gros tournois cet été, Daniil Medvedev peut constituer un troisième contre-exemple, à savoir celui du mec qui assure d’un bout à l’autre de la tournée nord-américaine. C’est rare, mais ceux-là, dans l’histoire récente, se nomment Djokovic, Nadal, Federer ou Murray. Ce qui, finalement, situerait bien la nouvelle place que le Russe peut se faire dans l’histoire du jeu. Quelle bouffée d’air frais cela serait!

 

Arnaud Cerutti, le 18 août 2019

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.